Jeanne Varaldi est une artiste plasticienne basée à Paris. Diplômée de l’Ecole Urbaine de Sciences Po, sa démarche explore les transformations urbaines. Elle s'inspire des interstices de la ville, des zones en construction, ainsi que des démarches participatives de place making et d'urbanisme tactique pour proposer une lecture ludique de la ville et de l'espace public. Ses oeuvres sondent l'univers du chantier et de la cartographie, dont elle détourne les codes, pour créer des installations qui attirent le regard et la curiosité.

 

Matériaux de construction et débris de chantier sont collectés au grès de ses explorations urbaines : morceaux de plâtre, granit, béton, bâches de protection... Elle exploite ensuite des liants (mortiers, ciment pigmenté), des sangles de manutention et les codes graphiques du chantier pour assembler et transformer ces matériaux. La texture et les formes accidentées des fragments urbains sont ainsi révélés. 

 

Elle intervient également dans l'espace public avec des peintures murales et installations in situ. Le spectateur fait face à de nouveaux paysages, tandis que la carte et les repères qui font la ville se décomposent et se réassemblent. Son approche invite chacun.e a réinvestir l'espace public et l'avenir de leur territoire. A rebours de l'urbanisme planifié, ses récents travaux détournent la carte pour en faire un outil  qui raconte le vécu et les désirs de ses habitants. 

 

Elle participe à des expositions à Paris et Barcelone organisées par diverses galeries et réseaux de curateurs (galerie Bertrand Grimont x Maison contemporain, Quai 36, collectif Les Nouveaux Collectionneurs, collectif Hosting Art, homesession Barcelona). Elle a également réalisé des projets sur commande pour l'Institut Français de Barcelone, le media NOWU France TV ou encore la Ville de Paris. Elle collabore avec l'agence Maison Gersaint pour un appui au développement, à la curation et aux relations presse et travaille avec le cabinet UTOPIES auprès des acteurs de l'immobilier et de la ville. Elle promeut la création de passerelles entre art et entreprise (nouveaux récits et imaginaires, prospective et innovation, etc.) en particulier auprès des acteurs de la fabrique urbaine.

" Un élément est constitutif de sa pratique : celui de relier les éléments. Elle tisse des liens entre les matières, elle recompose les fragments qui intègrent ses toiles, ses sculptures, ses interventions dans la ville. Elle joue entre construction et déconstruction, le fait d’assembler et réassembler. Avec ses installations, elle souhaite aussi encourager tout un chacun à s’approprier la ville, ajouter de la couleur dans l’espace, jouer avec les éléments qui composent l’urbain pour le modifier. "

 

Les Nouveaux Collectionneurs, pour l’exposition « Frontières » Juin 2021

Contact

Thank you for your message

Portrait_edited.jpg